Reboot

Bien souvent, on se moque de Windows pour les nombreux reboots nécessaires lors que l’on veut installer des applications, mettre à jour des drivers, appliquer les 150 patchs de sécurités du mois…
C’est vrai que c’est rageant…
Surtout quand l’une des meilleures solutions pour régler un problème sous Windows est toujours le bon vieux CTRL+ALT+DEL, pour un bon gros redémarrage des familles.

Mais aujourd’hui, je dois dire, je me marre. Car j’ai exactement la même situation sous Linux. (Enfin… VMware ESX 3.5 qui repose sur un noyau RedHat) – Si vous ne savez pas à quoi sert VMware, ce n’est pas grave. Au contraire, plus vous serez nombreux à l’ignorer, plus j’aurais de travail. Bon, en très gros, et en très vulgarisé, c’est pour héberger des serveurs virtuels. –
Aujourd’hui, je ne sais pourquoi, j’ai deux serveurs ESX en cluster HA – cherchez pas à comprendre… HA = High Avaibility = mécanisme qui est censé t’aider à minimiser le temps d’indisponibilité en cas de problème sur un serveur ESX mais qui m’a foutu dans le merde aujourd’hui- qui ont eu un coup de blues. Pourquoi, je n’en sais rien… Moi, tout ce que j’ai vu, c’est quatre serveurs virtuels indisponibles. – Que de la production évidement – A priori, comme ces serveurs sont sur un site distant, j’émettrais l’hypothèse d’un sagouin qui m’a niqué pendant 5 minutes mon réseau là-bas, ce qui a provoqué le passage en isolation de mes VMs et donc leur arrêt. – Cherchez toujours pas à comprendre. Pour ceux qui comprennent, sachez que j’ai hérité de cette architecture il y a peu, et que j’ai bien deux ports consoles qui pointent sur deux Vlans différents. Mais évidement, je ne suis que sur un seul switch… Putain d’absence de redondance… –

Bref… Donc mes serveurs ont eu un coup de blues. Une fois la situation résolue, il a fallu remettre en service le cluster HA. Et là… Ben.. Disons qu’après une heure à essayer de bidouiller à la main pour refaire partir le service qui merdait sur l’un des deux serveurs, je me suis dit : « Bon… Reboot » Et ça a marché ! Si si… Et on se moque de Windows…

Pareil pour les patchs. Microsoft sort aujourd’hui sa fournée de patchs plus ou moins critiques, qui demandent toujours de redémarrer votre machine à la fin de leur installation.
Ben là, je suis dans le même cas avec mes serveurs ESX. Depuis le 10, j’ai 12 patchs critiques et 8 patchs non-critiques à mettre sur chaque serveur. Avec redémarrage à la clé bien entendu… Et on se moque… Et on se moque…

Et en attendant, c’est mon rayon de soleil dans cette journée de merde dans cette mission de merde…