Game that sucks : Fallout 3

Je suis un « rabidfan » – fan enragé –  de Fallout, lasérie de jeux de rôle post-apocalyptique. J’ai passé des centaines d’heures surFallout 1 et 2, les finissants des dizaines de fois, arrivant à trouver denouvelles choses à chaque fois, expérimentant toutes les possibilités donnéesaux personnages, etc, etc, etc… Un fan enragé quoi. – Nous oublierons ici le très médiocre RPG tactique Fallout Tactics etle nullissime Fallout Botherhood of Steel sorti sur console. Ces deux opusétant considérés comme des erreurs majeures et totalement incohérents avec les deuxpremiers jeux. 

Ces deux jeux étaient réaliséspar Black Isle Studio, qui a, entre autres, travaillé sur la série Baldur’sGate. Malheureusement, il y a de cela quelques années, l’éditeur – car dans ce milieu, c’est un studio quiréalise et un éditeur qui distribue / fait la promotion d’un jeu, etaccessoirement, en tire toute la gloire – de cette série a entamé un viragequi l’a amené à sa perte, n’étant plus aujourd’hui qu’une coquille vide et larisée de tout le milieu. Il a, entre autres, dissout Black Isle alors que lestudio travaillait sur ce qui aurait du être Fallout 3 – nom de code Van Buren-. Bref, depuis dix longues années, les fans de Fallout sont en manque.

Il y a quelques temps, l’éditeurdécida que pour se faire un peu d’argent, il pouvait vendre des licences.Notamment, celle de Fallout. Ainsi, Bethesda – réalisateur de la série de jeuxde rôle Elder’s Scroll – a récupéré les droits pour réaliser 3 jeux Fallout. Etsurtout, la production d’un nouveau Fallout 3 commença. Les fans en furentheureux. Pour un temps.

Et oui. Bethesda a rapidementannoncé son attention de moderniser Fallout et, surtout, de le faire à sasauce. Les Fallout initiaux étaient des jeux de rôle en vue 3D isométrique. Les combats sedéroulaient en tour par tour. Les thèmes abordés, le ton, tout y était nonpolitiquement correct. Bethesda décida d’utiliser le moteur – graphique et technologique– de sa dernière itération de la série Elder’s Scroll – Oblivion. D’où un débutde malaise, car ce jeu est en vue première personne et les combats sont en temps réels. De plus, l’une des critiquesqui était apparue rapidement à propos d’Oblivion, c’est que le développementsimultané de la version pour console et pour PC avait résulté d’une interfacetotalement inadaptée au PC. Enfin, franchement, dans Oblivion, les personnagessont moches…

Mais bon, ne commençons pas àavoir trop de préjugés sur Fallout 3. Bethesda annonçait son intention deconserver le plus important, à savoir l’univers, l’ambiance, les fins ouverteset de faire attention à faire une interface améliorée pour le PC et de mettreen place un pseudo système de semi tour par tour pour les combats, activabled’une seule touche par l’utilisateur.

Les différentes vidéos sur le netqui ont ponctuées le développement de ce jeu ont malheureusement mis un termerapide à mon enthousiasme pour ce jeu. Ce que l’on pouvait craindre de pireétait en train de se produire… Fallout 3 allait être un espèce de FPS – jeu derôle sans âme pour console…

Et le jour de sa sortie, lacatastrophe est apparue en plein jour…

Fallout 3 est le pire qu’ilpouvait arriver à cette franchise… Une espèce de FPS matiné de quelqueséléments de jeu de rôle, ayant des éléments de l’univers Fallout et ayant étédéveloppé pour les nouveaux joueurs… Ceux qui ne savent pas jouer, ceux pourqui il faut ajuster la difficulté au moindre combat, ceux qui ont besoin d’unpetit marqueur sur la boussole pour savoir où est la prochaine étape de laquête – ce qui tombe bien, parce que ça ne se foule pas dans les détails lorsde l’obtention des quêtes…

Comme dans les précédents opus de Elder’s Scrolls, et aucontraire des premiers Fallout, la création du personnage est intégrée àl’histoire. Rigolo une fois, pas deux. Se farcir les mêmes cut-scènesinintéressantes, la même fête d’anniversaire pour les dix ans du personnage, lemême quizz débile pour soit disant déterminer vos compétences principales,c’est totalement ridicule. Vous faîtes aussi connaissance avec la bouse qui vavous servir d’interface. A savoir un PipBoy 3000, qui a plus l’air d’un PipBoy0.5 tant les régressions par rapport aux deux premiers Fallout sont énormes. Etsurtout, bien qu’ayant testé le jeu sur un PC, c’est une belle interface pourconsole que j’ai eu… Qui ne tient absolument pas compte de la résolution danslaquelle je joue…  Si au moins on pouvaitpasser rapidement tout ça pour se retrouver directement au vrai début del’histoire – votre départ de l’Abri 101 – ce serait parfait. Les conditions devotre départ sont d’ailleurs le premier moment où vous pouvez commencer àcombattre.
Et là… C’est le drame… En mode FPS, avec 35% de compétence en «armes depoing », j’arrive pas à toucher un putain de cafard mutant à 10 mètres. Jesais quand même viser merde… Ayant joué contre des anciens participants à destournois nationaux de FPS, je sais quand même distinguer quand un tir est loupéà cause de mon manque de skill et quand un tir est loupé parce que ce putain dejeu estime qu’avec 35% en compétence, je ne peux pas toucher. Je passe donc aumode « tour par tour ». Et là, à la même distance de la cible,l’interface me dit que je  suis capablede toucher à 95%… What the Fuck ??? Et ça touche…  Malheureusement, ce mode est complètementmerdique. Vous planifiez vos actions, genre quatre balles dans la tête d’unpillard, et vous les regardez s’exécuter dans un mode cinématique lent et buggé– franchement, des fois, la caméra part totalement à l’ouest et vous ne voyezrien. Ce mode est aussi assez mal foutu dans le sens où, à trois mètres, avec88% de chance de toucher, en visant un pillard de l’autre côté d’un muret, vousmettez tous vos tirs dans le muret. Par contre, avec 47% de chances, à vingtmètres, vous arrivez à toucher les antennes d’une fourmi de la taille d’unchien… Bref, du grand n’importe quoi…

Concernant les dialogues, ceux-ci sont inintéressants, avecune interface lamentable et grossière, qui vous affiche avec un bon grospourcentage vos possibilités de mentir, convaincre, etc… D’ailleurs, lepourcentage de sert à rien, tant le résultat d’une des ces actionsparticulières semble être le pur fruit du hasard.

Le crochetage est un mini-jeu débile. Il est fortementconseillé d’avoir déjà effectivement crocheté une serrure dans la réalité pour réussir…

Un concept de boss de fin de niveau a été introduit… Genre,vous finissez une partie importante de la quête principale en vous rendant dansun lieu, vous trouvez un lance-mini-bombes-nucléaires, et là, un bestiau de 10tonnes vous tombe sur le râble…

L’IA est défaillante, l’histoire ridicule, les sous-quêteslamentables… L’action se situe dans un monde post-apocalyptique et ils ontréussi à faire en sorte que tout paraisse avoir été ciré… Et je peux continuerlongtemps à trouver des défauts à ce jeu…

Franchement, Fallout 3 est une énorme déception. Il n’a rienà voir avec les deux premiers opus. Il faut se rendre à l’évidence. La licenceFallout est morte. Bethesda vient de lui porter le coup de grâce. J’avaisacheté Fallout 3. Jamais je n’achèterais une éventuelle suite.

Fallout 3 sucks… Big time…

Utopiales 2008

Encore une fois, je me suis demandé ce que j’étais allé faire à un festival de fantastique français. Fantastique car même si même si les Utopiales sont un festival tourner vers la Science-Fiction, la Fantasy et l’Horreur y étaient bien représentés.
Mais franchement, qu’est ce que je vais faire à ce genre de truc ?
– Il y a du monde, plein et je hais la foule.
– Je n’ai aucune vraie raison d’y être sauf en tant que fan du genre, et ça ne suffit pas pour occuper ne serait-ce qu’une journée tellement il y a peu choses à faire ou à voir – à part si je souhaitais s’enfermer dans une salle de cinéma pour voir des films d’un genre que je n’apprécie pas. Franchement, de ce côté-là, les Imaginales sont bien plus intéressantes que les Utopiales.
– J’y vais pour y voir des gens qui y sont pour des vraies raisons, professionnelles.  Donc forcément, on ne fait que se croiser.
Mais bon, c’est de l’habituel…

Par contre, chaque année, les petits détails qui me font hurler varient. (presque)

Le premier tient à la présence de la troupe du Donjon de Naheulbeuk qui venait faire un concert  Samedi soir. Je n’ai rien contre eux. J’ai même aimé Naheulbeuk au début, avant que ça ne parte en délire BD / CD / figurines, etc, etc…
Le problème ici était la présence pour cet évènement de certains fans. Genre adolescents décérébrés comme on sait si bien en produire en France. Qui ne savaient que beugler « Chaussettes ». – Pour comprendre, je vous conseille d’écouter l’un des premiers épisodes du Donjon de Naheulbeuk où le Nain pique une crise à propos d’une énigme où la réponse était « Chaussettes » – Donc, les veaux, enfin surtout deux d’entre eux beuglaient « Chaussettes »  toutes les dix secondes. Quand vous êtes obligés de passer à côté de ces abrutis finis à chaque fois que vous entrez / sortez du festival – pour essayer des trouver des gens, pour respirer, pour fuir la sono pourrie, parce que vous êtes en train de vous faire chier comme un rat mort  – ça finit par lasser. Personnellement, je ne rêvais que d’une chose : leur éclater leur gueule de sales petits dégénérés sur le mur le plus proche.

Le second tient à la sono. Le type qui s’en occupe doit être sourd. Ce n’est pas possible autrement… L’année dernière, il avait déjà réussi à me péter les tympans… Cette année, juste avant la remise des prix Imaginales, ils se sont amusés à diffuser un court métrage. – Hautement mal joué, mal réalisé, au scénario sans âme et sans originalité – Lors de certains passages de ce court métrage, la bande son évoquait un bourdonnement sourd assez désagréable. Cela aurait pu aller si Monsieur Sono n’avait pas monté le son au-delà du supportable, voir du légal… Bonjour le mal de crâne et les tympans qui souffrent… J’ai du m’avouer vaincu et j’ai fuis le festival à ce moment là.

Troisième point : le Freak Show… Pardon… Le Cosplay. Et le Karaoké.
Et oui, les Utopiales font un semblant de tentative d’ouverture vers l’Asie et la jeunesse. Oui.. Il faut attirer les jeunes. Non pas en proposant du contenu intéressant, des conférences nombreuses sur des sujets autres qu’obscurs – ou un truc de plus d’une heure sur des théories du complot plus débiles et absurdes les unes que les autres –, mais en proposant un cosplay et un karaoké…
Merde quoi… C’est bien de se tourner vers l’Asie.  C’est bien de comprendre que la japanimation et les mangas, ça attire les jeunes.  Mais bordel, réduire à la plus extrême caricature ce courant, ça me fout la Haine.
Ils invitent un type, dont on met surtout en avant qu’il ait bossé sur Evangelion. Et on en profite pour diffuser un XXXXième remake d’Evangelion… Merde quoi… Evangelion, c’est fini. C’est terminé. Depuis, il y a eu d’autres chef-d’oeuvres, d’autres références. (Avec un peu de chance, l’année prochaine ils découvrent Myasaki, et dans deux ans Shirow…)
Ils nous mettent du cosplay. Super ! On veut copier la Japanexpo ? Ou la Chibiexpo ? (qui a lieu en même temps en passant)
Un karaoké ? Oh putain l’innovation… Des gros barbus déguisés en Sailor Moon et chantant faux sur scène, franchement, c’est..
En attendant, y a pas de conférences sur le sujet, y a pas de débats… Et pourtant, l’Asie (ouais, y a pas que le Japon les enfants) est l’un des acteurs majeurs de la SF/Fantasy/Horreur dans le monde. Ce sont les plus productifs, les plus créatifs. Les américains leur piquent leurs idées pour en faire des remakes moisis…
Cosplay, animes et karaoké… C’est vachement réducteur et caricatural, je le dis encore une fois… Et la littérature bordel !
Et le cinéma non d’un chien !
Mais bon… Il ne faut pas trop en demander à un milieu sclérosé, uniquement préoccupé par ses pathétiques petites guéguerres internes…

Et pour finir, un point qui n’est que périphérique aux Utopiales.
L’hôtel… Comme d’habitude, j’ai pris un Ibis. Pas trop cher quand on s’y prend en avance et relativement correct. Hors, cette année, il semble que les Ibis soient descendus d’un cran dans la qualité. Exit les baignoires, il n’y a plus que des douches. ARGGHHH… Je hais ça… Je veux une baignoire dans ma chambre d’hôtel. Bordel… Je veux pouvoir  m’immerger dans un tas d’eau chaude le matin pour que ma conscience émerge tranquillement…
Et la chambre n’était pas d’une propreté correcte… Il y avait des fissures dans un mur… La télécommande de la télé ne marchait pas… la fenêtre n’était pas isolée acoustiquement et thermiquement… Donc elle faisait passer le froid et j’ai pu profiter de quelques belles engueulades à trois heures du matin…
C’était la dernière fois que je prenais une chambre dans un Ibis… Et je m’en fous si les autres hôtels sont deux fois plus chers…

Bref… Les Utopiales 2008, c’est pas que du bonheur… Et là, j’ai encore quatre heures à tuer avant de pouvoir prétendre prendre mon train… Et les candidats pour le Freak Show sont de plus en plus nombreux… Je vais essayer de me trouver un coin tranquille où bouquiner ou profiter de mes trois heures de batteries restantes sur mon portable.