Arbeit @ Home

Je suis en train de travailler chez moi. Je hais.
Quoi de plus anormal que de travailler chez soi. Je ne parle pas d’un travail tel que refaire des peintures ou autres bricolages – que je hais tout autant – mais de mon vrai travail. Celui qui à la fin du mois me rapporte de quoi acheter des croquettes au chat. – Rendons-nous à l’évidence, nous ne vivons que pour cela : acheter des croquettes aux chats, leur remplir leur gamelle d’eau (fraîche en cette chaleur) et changer leur litière. –
Travail à la maison donc. Pas télétravail. Le télétravail implique une notion d’accéder à distance aux équipements de la société qui vous emploie. En l’occurrence, ce n’est pas le cas ici. Je me débrouille avec mes moyens.
Pour quoi faire ? Pour faire une étude et autres paperasses nécessaires pour un projet avec un presque-client.  Pré-étude, étude, compléments et autres… Et pas encore pour faire de la réalisation. Grrmmll… La paperasse, ça va un temps… Après, ça lasse. Mais bon, je comprends très bien le client qui veut un dossier en béton. Armé.
Je déteste bosser chez moi. J’essaye le plus possible de séparer les deux choses. Je bosse comme un malade au bureau. Et je glande à mort à la maison. Et là… Je peux plus…
De plus, le boulot est généralement la principale raison pour laquelle je quitte éventuellement mon antre.
Et puis… Au boulot, il n’y a pas de distractions du genre télévision, consoles, livres, séries, chat qui ronfle, etc, etc…
Putain…
Je hais bosser à la maison.