Un bon spammeur est un spammeur mort…

Comme me disait il y a quelques temps un ami avant sa triste disparition :
"glarg blurg raaaaaaaaaaaaaaah" – Que voulez-vous, on est peut compréhensible quand on vous étrangle… –
Ce à quoi je lui avais répondu :
"T’avais qu’à faire tes mises à jours Windows !" – Vous ne voyez pas le rapport ? Moi non plus, je vous rassure… –
N’empêche, après tout ce temps, j’aurais pensé que les forces de l’ordre fussent capables de retrouver son corps… Mais bon… Avec la réduction des budgets et des effectifs, trouver un corps au fond de la Seine, c’est un peu trop demander… *

Quel rapport avec les spammeurs ?
Outre le fait que j’aimerais leur faire subir le même sort, aucun.

Bon, bref, les spammeurs… Si l’on devait résumer Internet à ses utilisations principales, on pourrait le résumer à deux choses : le cul et le spam. Même que plein de fois, les deux se mélangent…

Si le spam est surtout présent dans sa version email – plus de 90% du traffic mail mondial… –, il est aussi bien représenté sur les forums ou dans les commentaires des blogs et autres…
Et notament sur le forum de fessesmoiavecunepelle.fr, où, tous les jours, un certain nombre, voir un nombre certain de spammeurs s’inscrivent. Enfin… des comptes créés par des gentils robots ou des gentils petits chinois ou roumains ou je ne sais quels innocents misérablement exploités…
Et dans le tas de comptes, on s’aperçoit que :
– La plupart des comptes sont créés depuis des adresses IP situées dans les pays de l’est, en Chine, en Israël, au Brésil, au Vénézuela, aux US (saloperies de capitalistes de merde), etc… Quelques fois aussi en provenance d’IPs attribuées à des hébergeurs type OVH ou Dédibox, symptômes de machines louées à des particuliers ou des PME jamais mises à jour et facilement hackées…
– Gmail est très utilisé pour la création d’adresss mail de spammeurs.
– Y a pas mal de domaines normaux mal configurés sur la partie mail et qui autorisent le relais n’importe comment du moment qu’on a une adresse email ressemblant à la leur…
– Les conséquences des lois stupides votées par les politichiens français, suédois ou autres se font sentir. En effet, nombre de spammeurs utilisent aujourd’hui les VPNs mis en place pour contrer les lois type Hadopi ou IPRED sont utilisés par les spammeurs pour se dissimuler… – Et par les pédophiles, et par les terroristes… Merci tas de politiciens incompétents, en réduisant nos libertés, vous en accordez plus à ceux qui devraient en avoir moins… – 

Que faire pour dépolluer les forums ?
– Bannir en masse les IPs des spammeurs… Bien évidement, il ne vaut mieux pas bannir les IPs de OVH ou des plages IPs de providers français.
– Bannir les domaines emails à la con… Mais pas gmail, aol, yahoo ou autres hotmail…
– Maintenir à jour la version des forums…

Que faire pour éviter que vos serveurs ou vos machines à la maison ne servent à produire du spam ?
– Mettre à jour régulièrement vos serveurs… Windows : tous les deuxièmes mardi du mois. Linux : tous les jours. – Oui, y a des patchs qui sortent TOUS LES JOURS pour Linux… Cela prouve que ces plateformes sont aussi perméables que Windows, mais que la réactivité est bien meilleure pour combler les failles. –
– Configurer correctement vos serveurs. Moins vous en installez, plus vous restreignez les possibilités, mieux c’est.
– A la maison : patcher régulièrement vos postes. Utiliser des anti-virus à jour et efficaces. Ou alors remettez votre PC dans son carton…

Bon, c’est pas tout, mais j’ai une bonne vingtaine de comptes à supprimer sur faismoiundeuxiemetrou.fr…

 

* A l’attention des membres des forces de l’ordre qui traînent ici par centaines et par milliers, ceci est une plaisanterie… Jamais je ne balancerais de cadavre dans la Seine… Je connaîs un bois dans une toute petite commune nivernaise qui convient très bien… Et puis, les arbres ont l’air d’apprécier cet engrais.

Nazis ou Magie, ça pue du…

J’ai fini, il y a peu, deux livres qui m’ont assez déçu.

Le premier est The Dragon Factory de Jonathan Maberry.

The Dragon Factory est la suite de Patient Zéro, paru en 2010 en VF chez Bragelonne et dont je parlais, en bien, ici.
Après la mauvaise nouvelle indiquant qu’il était peu probable d’avoir à court ou moyen, voire long, terme cette suite traduite en France, j’ai décidé d’acheter le tome 2 en VO.

Dans ce tome 2, nous retrouvons Joe Ledger qui, cette fois, ne va pas devoir buter des méchants terroristes zombies mais des méchants transgéniques nazis.
Un espèce de quatrième de couverture en VO donne ça :
A scientist with visions of changing the world begins genetic experiments on both animals and humans with the hope of finishing the work started by Josef Mengele during World War II. He uses connections in various world governments to try to destroy the DMS and Ledger. With no backup available, Ledger must try to eliminate the threat while staying one step ahead of his pursuers.

Je dois dire que j’ai été assez déçu par ce livre.
Premièrement, il se passe deux mois après la fin des évènements de Patient Zéro. Aucun évènement s’étant déroulé durant ce tome 1 n’influe réellement sur le tome 2, sur les méchant, alors que ça devrait… On a l’impression que deux conspirations d’ampleurs considérables peuvent avoir lieu sans aucune interaction entre les deux. Ca rend extrêmement bizarre.
The Dragon Factory souffre d’un gros problème de structures. Pas loin de 200 chapitres. En effet, à chaque changement de personnage, on a un nouveau chapitre. C’est bien pour découpé, mais au final… C’est lourd.
L’un des principaux reproches que je ferais à The Dragon Factory, c’est que  l’on a beaucoup trop le point de vue des méchants, ce qui gâche complètement l’histoire et tue tout suspense. On a aucune impression de découverte. C’est rageant. On devine par exemple sans aucun problème l’identité du grand méchant, l’identité de SAM, ainsi que la signification même de SAM…
Le deuxième énorme problème, c’est qu’encore plus que dans Patient Zéro, la fin est une fin de jeu vidéo, avec le héros qui dézingue tout tout en étant quasiment à poil avec quasiment aucune arme ou munition. C’est extrêmement ridicule…

Pour moi, The Dragon Factory est un livre sans grand intérêt, qui prolonge bien mal un premier tome très intéressant. Par pur masochisme, et par pure curiosité, je lirais peut être le tome 3. Mais ça ne sera pas une de mes priorités. Et puis, je ne regrette pas au final que ce livre ait peu de chances de sortir en France.

 The Dragon Factory de Jonathan Maberry

 

 

Disponible chez Amazon.

 

Le deuxième livre est Les Magiciens de Lev Grossman.

Ce livre est paru en 2010 chez L’Atalante.

Voici le quatrième de couveture :

Brooklyn. Quentin, dix-sept ans, est un adolescent brillant mais il ronge son frein, prisonnier d’un monde désespérément ennuyeux, en attendant d’intégrer une université de prestige. Comme il regrette le temps de son enfance où les Chroniques de Fillory en l’entraînaient dans un univers magique où tromper son ennui ! Mais sa vie se transforme le jour où, à sa grande stupeur, il est admis à la faculté de Brakebills, une école extrêmement élitiste et secrète qui forme des magiciens. Cinq années d’un rude et dangereux apprentissage l’y attendent. Mais le monderéel, même revu par la magie, n’apporte pas forcément le bonheur. Ce qu’il faudrait, c’est que l’univers de Fillory, celui des contes de son enfance, ne soit pas un monde imaginaire. Qui sait ?..

J’ai trouvé ce livre assez mal foutu. On a d’abord le droit à une espèce de sous Harry Potter, avec un Quentin qui découvre qu’il est magicien et qui débarque dans une école qui s’occupe des adolescents dans son cas. Et qui, au bout de quelques mois, alors qu’on a l’impression qu’il rame à mort, saute une année.
Durant les années d’études de Quentin, on assiste de moins en moins à de l’apprentissage de la magie, mais plus à la fabrication d’un dégénéré alcoolique, une sorte de surdoué sous-doué plus prompt au glandage aviné qu’autre chose.
Puis, une fois les études terminées, il se retrouve à mener une vraie vie de Jet-setteur avant que lui tombe dessus une quête plus ou moins bien définie dans un univers parallèle, espèce de fil conducteur tout le long du livre, univers parallèle dont la mythologie et le reste n’est pas sans rappeler Narnia.
Les personnages sont peu intéressants, on a même pas envie de baffer Quentin, on ne pleure pas à ses malheurs, on ne sourit pas quand il est heureux.

Le style est extrêmement désagréable. Certains l’attribuent à la traduction, mais vu l’expérience du traducteur, je pense qu’il s’agit vraiment d’un problème avec la VO. – Certes, deux ou trois termes me paraîssent ne pas coller avec l’ensemble du ton du livre, mais j’ai déjà vu largement pire… –

J’avais eu de bons échos de ce livre. Depuis, je sais que j’ai des goûts très éloignés de certaines personnes. Personnellement, je déconseille fortement la lecture de Les Magiciens. Il y a bien mieux ailleurs.

 Les Magiciens de Lev Grossman, éditions l’Atalante

 

 

Disponible chez Amazon.  (Ben oui, ils ont fermé la boutique sur Fantasy.fr…)

Prix à la con 2011

Du fait de la qualité lamentable de l’ensemble de la production littéraire lue en 2010 par le Jury, aucun Prix à la Con ne sera décerné cette année.

Comment ça, ce n’est pas crédible ?

Rappelons que ce ne sont pas les œuvres qui sont « connes », ce sont ces prix.
Ce prix n’apporte rien, que dalle, nib aux lauréats, même pas le droit de se faire payer le resto.

Pour l’édition 2011 des insignifiants et totalement inintéressants Prix à la Con, le règlement est le suivant :
Les œuvres nominées pour ce prix doivent :
–    avoir été lues par le jury en 2010.
(Enfin… Que le Jury se rappelle avoir lu en 2010, entre deux vapeurs d’alcool et quelques lignes de coke…)

La composition du jury est secrète. Les modalités de sélection pour la shortlist et pour les votes sont secrètes.

Les catégories, les nominés et les lauréats (en italique – et tous désignés à l’unanimité, chose incroyable) sont :

Meilleur roman de Fantasy en langue française :
Chien du Heaume de Justine Niogret (Mnemos)
Le Dragon des Arcanes de Pierre Pevel (Bragelonne)

Justine Niogret empêche une troisième victoire consécutive de Pierre Pevel, avec un ouvrage qui se démarque clairement du reste de la production française.

Meilleur roman de Science-Fiction en langue française :
Cygnis de Vincent Gessler (L’Atalante)
Millecrabe 3 : Le grand bluff de P.J. Herault (Interkeltia)

Cygnis a été LA baffe SF de cette année pour le Jury, avec une superbe écriture pour raconter une hsitoire de SF toute simple qui aurait été à sa place au Fleuve Noir lors de la belle époque. (C’est un compliment quand je dis ça.)

Meilleur roman de Fantasy étranger lu en français :
La lance du désert de Peter V. Brett (Milady)
L’Héritier de l’automne de Giles Carwyn et Todd Fahnestock (Bragelonne)

Peter V. Brett gagne plus ou moins par défaut… Rien n’a été perçu comme exceptionnel dans les lectures de cette année.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en français :
Mindstar (Greg Mandel 1) de Peter F. Hamilton (Milady)
Quantum (Greg Mandel 2) de Peter F. Hamilton (Milady)

Le prix pour les deux. Parce que de la SF comme ça en poche, c’est trop rare.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en français :
La croix d’ossements (Mercy Thompson 4) de Patricia Briggs (Milady)

Rien d’autre n’a marqué le jury… C’est vraiment par défaut que Patricia Briggs gagne…

Meilleur roman de Fantasy étanger lu en VO – a.k.a. Prix Kushiel –  :
Naamah’s Curse de Jacqueline Carey

Y a rien d’autre à dire. Jacqueline Carey produit encore une fois un ouvrage de qualité qui approfondit encore plus son univers.

Meilleur roman de Science-Fiction étranger lu en VO :
Cryoburn de Lois McMaster Bujold (Bean)
Helfort’s War (quatre tomes) de Graham Sharp Paul

Le retour de Miles Vorkosigan, il n’y a rien d’autre à dire.

Meilleur roman d’Urban Fantasy (La Bit’Lit est comprise dans cette catégorie) étranger lu en VO – a.k.a Prix Dresden Files – :
Changes (Dresden Files 12) de Jim Butcher
Greywalker de Kat Richardson
Three days to Dead de Kelly Meding
Night Shift (Jill Kismet 1) de Lilith Saintcrow

Tant et aussi longtemps que Jim Butcher sortira un Dresden Files, il est sûr de gagner ce prix. D’ailleurs, le gagnant du prix 2012 est Ghost Story (Dresden Files 13) de Jim Butcher.

Meilleure novella de SF&F&F en langue française :
Présumé coupable de Isabelle Guso (Griffe d’Encre)
Comme un poison dans l’eau de Yan Marchand (Griffe d’Encre)

Meilleure nouvelle de SF&F&F en langue française :
Nettoyage de printemps, dans Stratégies du réenchantement de Jeanne-A Debats (Griffe d’Encre)

Parce que. Tongue out

Meilleur ouvrage dans la catégorie "Je sais pas dans quelle autre catégorie les mettre" :
Résurgences d’Ayerdhal (Au DiableVauvert)
Vegas Mytho de Christophe Lambert (Fleuve Noir)

Meilleur roman Jeunesse dans les littératures de l’Imaginaire :
Non mais le jury ne lit pas de jeunesse… Et puis de toutes façons, Anne a rien écrit dans cette catégorie cette année…

 

Prix spécial du Jury en mode "lèche-cul / fayot"

Bragelonne, pour avoir lancer une collection numérique avec des vrais prix adaptés, avec un vrai catalogue, un vrai beau programme qui fait que si le 5 Janvier (et tous les autres mercredis de l’année),  y a pas une mise à jour comme promis, le jury embauchera un certain personnage pour faire un lancer de caca.