A propos

Ce blog n’a aucun but, si ce n’est de râler et parler de ce que je veux, de me servir de thérapie quand j’en ai besoin.
Il est mis à jour de façon plus ou moins irrégulière en fonction de mon humeur, de ma charge de travail et de ma capacité à surmonter ma fainéantise.

Ce blog était précédement hébergé chez Fantasyblog, mais pour des raisons X, Y et Z, il a déménagé. (L’annonce que Fantasyblog allait fermer y est pour beaucoup.)

Vous pourrez éventuellement constater sur un certain nombre d’articles des liens brisés ou autres ressources manquantes, conséquence d’une migration vers WordPress mal maîtrisée chez Fantasyblog. (Ainsi que la perte des commentaires entre Mars et Aout 2012.)

Ce blog est hébergé sur une gentille VM sur un serveur chez Online, avec comme base une Centos. Et c’est le crétin décérébré qui écrit ce blog qui gère tout ça.
(Ca veut dire que je reboote le serveur quand je veux. :p)

3 réflexions au sujet de « A propos »

  1. Bonjour,

    Je suis tombé par hasard sur ton blog (Enfin je cherchais de la doc sur ESX 3.5)
    Je suis en train de me former sur ESX et j’ai récupéré, enfin racheter aux enchères pour une bouché de pain deux serveurs ESX avec les deux baie de disques et un serveur dell 1950.
    Je souhaiterais me réinstaller une petite achi pour jouer avec.
    Dans l’idéale formater et tous réinstaller mais je voudrais être sûr de bien conserver les fichiers de License et être en mesure de les réinstallés.
    J’ai prévu de rester en 3.5 mes baies de disques ne sont plus dans la liste de compatibilité d’esxi 4.
    Accepterais-tu de me donner 2-3 conseils et de m’orienter vers les bonnes documentations
    Cordialement

    Thomas

  2. J’adore ton blog !
    Notre monde est laid. Toutes les espèces animales me dégoute y compris la notre. Enfin surtout la notre. We live in the kinkdom of bullshit and madness. Ça en devient désespérant de se réveiller le matin. Je ne veux pas être à avant, je veux pas être à maintenant, je ne veux pas être à plus tard. L’avenir ne nous promet rien sauf une galère chronique et inévitable. Les films pornos sont plus réaliste que les comédies romantiques. La réalité est broyeuse d’illusion. Changer .. Cela veut dire créer de la nouveauté et avec elle, on peut l’espérer, apporter plus de justice, réduire la souffrance et les inégalités, améliorer le sort de la majorité. C’est à cela en théorie que servent les révolutions. Mais les vrais révolutions n’existe plus. Le vrai bonheur est impossible à notre époque et il le sera de moins en moins. Cette vérité que l’être humain moyen oublis, elle me bouff au quotidien. N’importe qui d’un peu futé devrais voir à qu’elle point notre monde est foutu. Alors abandonné de façon temporaire ou définitive … A méditer .

  3. Je ne sais plus bien par quels méandres googueulistiques je suis arrivée là, mais c’est un moment pas banal que je viens de passer ici.

    Plutôt chouette, même. Des sourires, des haussements de sourcils dubitatifs, et cette grimace discrète que je fais souvent et pas exprès, quand je m’aperçois que, ô miracle, quelqu’un me comprend et vice-versa.

    Bref… Merci pour le schpouck dans mon café tiède d’un 26 décembre morose et sous-vide.
    Je ne suis sûrement pas claire, comme d’habitude ; vous m’en voyez contrite.

    Plutôt d’accord avec vous pour le chat, mais ce félin noir déglingué de presque 17 ans qui me subit depuis sa naissance, a pour jouet favori cet échantillon de chien Paris Hiltonien qui, elle aussi, se farcit ma personne à longueur d’année. Du coup, ‘faudra l’épargner le cabot, vu qu’il est d’utilité publique, en tout cas dans mon antre.

    Je ne crois pas que je haïsse l’humanité, mais j’abhorre cette époque dans laquelle j’ai été catapultée par mes parents qui se sont reproduits comme presque tout le monde, vu que c’est l’usage. Usage auquel j’ai contrevenu.

    C’est cette paresse ambiante et dégoulinante qui me fout les boules. Ces con-partiments dans lesquels il faut rentrer pour être « dignes » d’exister. Je suis inepte, inadaptée, joyeusement finalement, parce que rien dans toute cette comédie humaine fangeuse ne m’intéresse, et tant pis si ça paraît présomptueux.

    C’est le comportement de l’humanité que je hais. Le mien aussi. Souvent. Tellement on est englués dans un imbroglio de valeurs faussées qui nous asphyxient et nous tuent le coeur à petit feu.

    L’humanité, je la vois dans les yeux de mes bestioles. L’amour aussi. Le vrai. Celui qui est pur et que les bipèdes ont oublié.

    Veuillez m’excuser d’avoir commis ce message. Mais ‘fallait pas me le permettre en déchirant une brèche dans la monotonie lassante de mes navigations plasmatiques, hein.
    Ca veut dire « merci ». Je précise, because je ne suis sans doute pas claire, comme à mon habitude. Enfin… c’est ce qu’on essaie de me faire croire, parce que je m’entends plutôt bien en général et j’ai entendu tout ce que j’ai lu par ici.

    Je ne sais pas si ces mots vous tomberont sous le nez un jour, mais le cas échéant, ça me fera chaud au coeur que vous les lisiez. Voire que vous me contactiez. Mais ça, c’est de l’outrecuidance… 🙂

    On est quelques-uns. Tenons bon.
    Bises,

    Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *