Et pendant ce temps là, les brigades de la Mort…

… passent 6 par 6, armées jusqu’aux dents, prêtes à bondir.

Quel est le rapport avec le reste ? Aucun. C’était juste comme ça.

Triste constat qu’il m’a été obligé de faire ce matin, quand, dans l’aube blafarde – enfin vu l’heure, l’aube était passée depuis longtemps –, je m’apprêtais  à partir au travail, nullement motivé. D’un seul coup d’oeil, je pouvais embrasser une grande partie des PCs – et Mac – présent chez moi. Et force de tirer cette conclusion : j’ai plus de machines en état de marche chez moi – comprendre par là que si j’en allume une, elle arrivera à démarrer complètement sur un OS stable sans planter – que j’ai eu de conquêtes amoureuses dans ce qui passe pour ma pitoyable existence.
En même temps, je ne récolte que ce que je sème. A savoir pas grand chose. Tout d’abord,  il faut bien l’avouer, je souffre d’une légère timidité. Ce petit obstacle pourrait facilement être levé avec, par exemple, un bonne dose d’alcool – et la dose nécessaire n’a été atteinte que deux fois, et encore… Seule l’une des deux occasions me dé-inhiba suffisamment pour une déclaration anonyme… – ou un peu de confiance en soi. Or, deuxième problème, je n’ai absolument aucune confiance en moi dans ce qui nous intéresse. – Au boulot, j’arrive quand même à avoir un peu confiance. – Et sans confiance en moi, et avec une grosse tendance à essayer d’anticiper les choses, et à imaginer des réactions éventuelles, je me dis, je me convaincs que je n’ai aucune chance. Et puis, je me dois de le reconnaître, et j’ai déjà du le dire, je ne suis pas des plus communicatifs. Apparemment, je suis doué pour écouter. Par contre, pour m’exprimer… c’est plutôt une catastrophe. Et puis… Je n’ai confiance qu’en un très petit nombre de personnes, à qui il m’arrive de m’ouvrir, mais toujours avec difficultés. Je pourrais blâmer diverses mauvaises expériences, la nature même de l’être humain – vil, veule, traître, pour ne citer que quelques uns de ses meilleurs traits de caractères – mais le problème n’a qu’une source : moi. Il faudrait que je travaille sur moi. Mais… une envie réelle ou une motivation me manque… Le courage aussi sans doute…

Quand à mes expériences, qu’en dire ?
Que j’ai aimé les mauvaises personnes pour les mauvaises raisons ?
Que l’une d’entre elles m’a utilisé pour atteindre un ami ? Oui, ça remonte à fort loin, mais j’ai la rancune tenace dans certains cas et je ne pardonnerais pas…

Bref, pour résumer, une chanson au titre évocateur conviendra parfaitement.

Et pour le futur ?
Bah…
Quand on est un geek débile, moche, avec du bide, aucune confiance en soi et dans les autres, sans volonté de sortir du cercle vicieux… Et bien… Il faut assumer et se faire une raison… Oublier les échecs récents et continuer à taire ce que j’éprouve pour certaines personnes depuis des années…
Et ce dimanche, jour maudit pour les âmes seules, garder les rideaux fermés, me terrer dans mon antre, et me faire un marathon de films style Alien.

4 réflexions au sujet de « Et pendant ce temps là, les brigades de la Mort… »

  1. Wopopopop!
    « Quand on est un geek débile, moche, avec du bide, aucune confiance en soi et dans les autres, sans volonté de sortir du cercle vicieux… »
    Bon, pour geek, c’est indéniable et irrémédiable je pense… Mais y’a des filles qui aiment ça, donc excuse rejetée!
    Débile: ha ha ha.
    Moche: faux. T’as juste besoin, euh, d’une autre coupe de cheveux et d’un petit contrôle de la pilosité faciale.
    Avec du bide: parce que pour avoir une chance d’intéresser quelqu’un, il faut une silhouette de mannequin? Tu m’as vue, le seul rapport lointain que je présente avec Gisele Bundchen, c’est qu’on a le même nombre de pieds, de mains et d’oreilles toutes les deux. Ca ne m’a pas empêchée de n’être jamais restée seule plus de deux ou trois mois depuis l’âge de 15 ans. Et je n’ai jamais été avec quelqu’un par dépit ou pour ne pas rester seule, seulement parce que la personne me plaisait vraiment.
    Aucune confiance en soi et en les autres: ouaip, c’est là que le bât blesse mon petit monsieur ^^
    Punaise mais entre toi et d’autres personnes de ma connaissance que je ne nommerais pas, je devrais ouvrir une self-esteem school, je ferais oeuvre d’utilité publique et je deviendrais riche à millions…

  2. Quoi ?
    Comment ?
    Il faudrait que mette fin à plus de cinq années sans coiffeur ? Et que je montre au monde mon début de calvitie ?
    Et que je rase la rare pilosité faciale qui arrive à pousser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *