iPlouf

Hier avait lieu la présentation de l’iPad, la tablette Apple. Depuis des semaines, les rumeurs enflaient à ce sujet un peu partout sur le Net et tous les geeks mouillaient comme des folles en attendant que le Messie – Steve Jobs – monte sur scène et la montre. – La tablette, hein… Pas sa stouquette… –

Et pour une fois, il faut bien le convenir et être honnête, l’annonce a fait un peu plouf. On attendait Rocco, on a eu une saucisse de Francfort. – C’est toujours mieux qu’une saucisse cocktail. –
Pourquoi ce mini-flop.
Parce que l’iPad n’est pas la révolution absolue attendue. Ce n’est – et encore – qu’un gros iPhone. Enfin gros… Ce qui est surprenant, et bienvenue, pour ce type de produit, c’est sa finesse 13.4 mm et son poids : 680 grammes pour le modèle wifi, et 730 grammes pour le modèle wifi + 3G.
Autre point positif : son prix.
Avec un premier modèle à 499$, Apple se place au même tarif que le Kindle DX d’Amazon, pour une même taille. Et là, ça fait mal. Parce que l’iPad n’est pas qu’une simple liseuse en niveaux de gris, avec des temps de réponses lents et aucune fonctionnalité en plus.

Points négatifs :
– Pas de ports USB en plus, pas de slot pour mettre une carte mémoire… Seul présent le port 30-pin Apple. Certes, des accessoires seront disponibles, l’un pour les cartes mémoires, l’autre pour connecter des appreils photos – et rien d’autre – en USB.
– Pas de multitâche. Une seule application à la fois. C’est franchement dommage et assez limitant… Pas possible de faire passer le contenu d’un fichier texte dans un mail directement par exemple.
– Se synchronise comme un iPhone avec un PC ou un Mac.
– C’est vraiment un gros iPhone. En effet, les applications iPhone sont compatibles avec l’iPad. Le SDK est le même que pour l’iPhone. Quel est alors l’intêret si ce n’est la taille ?
– Pas de webcam / appareil photo inclus. – Pas gênant mais bon…-
– Pas de flash. Mais pourquoi tant de haine ? Alors que l’on y a droit sur les autres produits type MacBook ou iMac.

Il a aussi le problème de la non-ouverture du produit. Comme l’iPhone, il est impossible d’installer des applications autres que celles provenant de l’Appstore. Mais en même temps, c’est un faux vrai procès. Il est vrai que ne pouvoir installer les applications que l’on veut est très frustrant. Mais en même temps, cela peut être intégrer au contrôle rigoureux que Apple fait sur son hardware. L’une des forces de produits Apple, comparés aux produits type Windows, c’est l’extrême stabilité des produits. Notamement de Mac OS X. Pourquoi ? Parce que Apple contrôle le hardware, limite les extensions possibles et n’a pas à gérer les drivers pour 15.000 types de cartes graphiques, réseaux et autres. Ensuite, la sécurité. Si l’on prend l’iPhone, la failel de sécurité la plus importante à ce jour, et la plus exploitée, a été celle liée à l’ouverture du port ssh lors du jailbrakage de l’iPhone.
Oui, autant de contrôle c’est mal. Mais c’est comme ça.
Quand aux problèmes de partage de musique, je ne vois pas ce qu’il peut bien en être. personnellement, je profite sans problème de ma musique achetée à travers iTunes sur mon PC, mon Mac et mon iPhone. Certes, je ne dois pas pouvoir la partager avec mes amis – Mais j’ai pas d’amis. Et on a pas toujours les mêmes goûts  en matière de massacre sonore – mais j’avoue ne jamais avoir essayer. Et puis… iTunes lit les mp3…  Et puis mes amis ne sont pas des gros débiles, ils ont un cerveau, dix doigts, une connexion internet et savent très bien se procurer par eux même un titre que je leur aurais recommander.
Quand à l’éventuel faux problème du "contrôle à distance", sans doute plus ou moins lié à l’"évènement" Amazon où deux titres avaient été effacés à distance des Kindle, et bien… That’s life. Ne rêvez pas… Que vous soyez sur Ubuntu, Windows, Mac OS, whatever OS, il y aura toujours des failles, des possiblités de contrôles, de modifications de contenu… Si vous voyez le Grand Complot partout, retournez peindre sur les  murs des grottes… Ce serait plus sûr…

Pour quel usage ?
Regarder des vidéos ? Oui, pourquoi pas. En déplacement ou aux toilettes. Parce que sinon, la télé est là pour ça. Et avec le stockage, on va vite être limité. 64 Go aujourd’hui, c’est très vite rempli par des films en HD.
eBook? Oui !!!! Avec Apple qui va lancer sa boutique en ligne iBook, ça va faciliter les choses. Comprenez bien : depuis que j’ai un iPhone, je n’ai jamais acheté autant d’albums de musique. Avant, cela faisait des années que je n’avais pas acheté un CD. Et que je piratais. – Je pirate toujours, certes, mais les trucs que je n’arrive pas à trouver ailleurs. Ou qui me feront une écoute très limitée. – De même, on va avoir le droit à de vrais livres électroniques. Pas juste du texte tout gris. Mais avec la possibilité d’avoir des liens, des images, de la vidéo, du son, de l’interactivité. Bref, de profiter de toutes les possiblités technologiques disponible pour compléter, pour améliorer le livre.

 La connectivité "internet" : wifi ou 3G + wifi ? Et bien. Wifi. That’s all. 130$ de différence entre les deux modèles, pour bénéficier d’un mode de connexion ne fonctionnant pas de façon correcte – je bosse sur du nomadisme 3G, je vois les galères de connexion pour l’iPhone… –, c’est trop. Donc ce sera pour moi un modèle wifi uniquement. Et puis, sachant qu’actuellement sur l’iPhone, vous ne pouvez pas télécharger d’applications de plus de 10 Mo par la 3G, il n’y a ici aucun intérêt. Surtout si il faut payer un abonnement supplémentaire. – Et les opérateurs en France vont se lâcher là-dessus et nous arnaquer à mort. – 

Est-ce que je vais acheter ?
Ben oui quoi…
Franchement, la question se pose pas… Je suis pas un geek pour rien…
La question, c’est plutôt comment je vais l’appeler.
– Sachant que l’iPhone s’appelle iBlaireau.
– Sachant que le Macbook s’appelle Wardhaven et respecte en cela ma convention de nomage qui dit que les PC ou assimilés aient des noms de planètes issues de la littérature.
Donc là, vu que c’est limite entre le portable et l’iPhone, j’hésite… Un nom de planète, genre… – Genre je sais pas quoi…Faut que je trouve le dernier bouquin de SF que j’ai lu et que j’ai bien aimé pour choper une planète dedans… Ou alors, tiens, une planète issue de l’Aube de la Nuit de Peter Hamilton. Bonne idée ça. – Ou alors, un nom genre iPuke, iGruick, iPoupougne, iBranlette, iGod(e)…

5 réflexions au sujet de « iPlouf »

  1. Même si je ne suis pas pour le Kindle (le jour où il acceptera d’avaler le format ePub, ok), je tiens à défendre un peu les liseuses d’eBook actuelles.

    Ok c’est du niveau de gris, mais c’est de l’encre électronique, ce qui donne un visuel unique, une durée de la batterie ouchtement bien, etc.

    Par contre ok, c’est pour lire des bouquins, point c’est barre. Tenter de les comparer à l’iPad ou autre, ça revient à comparer un site web à une brique. Bien pour ça que la version mega grande (le Kindle Dx) me laisse froid.

    Mais je salue l’arrivé de l’Ipad comme l’espoir que le dématérialisé se répande un peu plus dans le bouquin français. Un peu comme ce qu’a fait l’Ipod avec la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.